revues littéraires

0 appréciations
Hors-ligne
De la même manière que les blogs, que j'alimente de temps en temps sans vraiment savoir si vous y jetez un œil, je commence ici une petite sélection de revues littéraires parmi celles que je croise.
Libre à vous, bien entendu, de présenter les vôtres.

0 appréciations
Hors-ligne
Et pour commencer, voici le lien de Chaoïd, revue en lien avec les éditions Verdier et qui propose nouvelles et textes critiques autour de quelques auteurs modernes, dons Lutz Bassmann ( l'un des pseudos d'Antoine volodine, dont je devrais parler très prochainement). Une belle revue internet gratuite donc, que vous pouvez trouver ici : [lien]
Attention, tout cela me semble ardu.

Dernière modification le 17-06-2010 à 22:13:42

0 appréciations
Hors-ligne
Le Tigre(auto-intitulé le "curieux magazine curieux") est un quinzomadaire très sympathique (pour un félin), que certains d'entre vous ont déjà du croiser en librairie. Une bonne tranche de rigolade en perspective, avec des textes littéraires travaillés et des réflexions intéressantes sur les travers de notre société. 15 pages à lire absolument, qui plus est sublimement mises en page dans une maquette élégante et intelligente. Que demander de plus? Ah, le prix, disons que c'est abordable : 2,50€ l'unité.

Certains anciens numéros sont consultables en ligne sur le site officiel que vous trouverez ici : [lien]

Bonne lecture!







Dernière modification le 24-06-2010 à 23:19:02
laetitia

:fee: Pour ma première contribution à ce forum, voilà une revue que j'affectionne tout particulièrement : "Marginales", [/b]une revue de littérature et de critique social.

Je vous recommande la lecture de cette revue de qualité et pour les orphelins de l'éducation nationale, je vous conseille la lecture du n°2, "Ecole. Le refus de parvenir", paru à l'automne 2003.

[b]Petite présentation historique
: "Fondée en 1999, l’association a d’abord créé la collection « Marginales » puis la revue littéraire du même nom aux éditions Agone avant de reprendre son indépendance et la diffusion de la revue Marginales en janvier 2008.


L’association Marginales - propos périphériques a été fondée en 1999 à Forcalquier (04) par Héléna et Samuel Autexier pour co-éditer la collection « Marginales » (collection de littérature internationale). Suite à l’incendie de l’entrepôt des Belles lettres (mai 2002), l’ensemble des titres parus depuis 1999 ont été rachetés par les éditions Agone - la collection continuant à être dirigée par ses fondateurs jusqu’en 2007.

Par ailleurs, l’association a pris en charge, de 2000 à 2006 la présence sur de nombreux salons du livre des ouvrages des éditions Agone. Elle a aussi organisé de multiples rencontres autour des parutions littéraires de la revue Marginales dans différents lieux (bibliothèques, librairies, etc.). On lui doit aussi, par exemple, l’organisation des premières Rencontres de l’édition indépendante qui ont eu lieu à Lurs et Forcalquier du 31 mai au 2 juin 2007. Elle est membre du groupement « Éditer en haute Provence » depuis 2005.

Depuis avril 2002, l’association édite la revue Marginales, revue de littérature et de critique sociale qui poursuit le travail mené par la collection du même nom en défendant, notamment, l’existence d’une littérature prolétarienne. Avec près d’une centaine d’auteurs publiés dans les 6 premiers numéros, la revue s’est imposée comme une référence par la qualité de ses choix et le soin porté à sa réalisation. La revue Marginales n’est plus diffusée en librairie par Agone depuis janvier 2008 ; elle s’autodiffuse désormais.
Parallèlement, l’association s’élargit à un réseau de correspondants qui devrait permettre à la revue Marginales d’être présente dans les meilleures librairies. Elle envisage de publier, en plus de la revue, des cahiers littéraires hors série afin de mieux faire connaître certains auteurs contemporains et d’ouvrir un espace critique autour des parutions littéraires actuelles. De larges extraits de ces textes seront disponibles en ligne."
laetitia

J'ai oublié de préciser que malheureusement cette revue ne paraît plus, mais peut-être que si des lecteurs s'emparent des numéros existant, elle renaîtra de ses cendres...
laetitia

Né en 2004, Muze était un mensuel féminin qui s’articulait autour de trois axes culture/allure/ littérature. Edité chez Bayard, j’étais non seulement une fidèle lectrice mais également une prescriptrice auprès de mes élèves de ce magazine culturel qui avait la qualité d’offrir des articles à la rédaction soignée, faisant preuve de curiosité notamment en littérature et de publier des nouvelles dans leur intégralité.

Juin 2010, Muze revient ! Dans un nouveau format, un trimestriel de 176 pages, vendu dans les bonnes librairies !

J’ai lu pour vous cette nouvelle mouture et je ne suis pas déçue !

Après un article consacré au Centre Pompidou de Metz, Muze s’arrête sur « La BD en haut de l’affiche » avec notamment un entretien de l’illustratrice qui monte : Pénélope Bagieu, des planches des BD présentées. Le dossier Monde est, lui, consacré à l’Afrique du Sud, coupe du monde oblige, mais après un petit historique sur la construction de cet état nous découvrons des artistes méconnus pour la plupart originaire de cette nation ou ayant choisi d’y vivre. Une culture fortement marquée par l’apartheid mais une culture riche, dynamique. Les illustrations, les extraits et la nouvelle présentés mettent en lumière ce patrimoine en devenir. Après ce détour par le continent africain, Hubert Prolongeau nous promène dans « Le phénomène (f)estival », de Cannes au Vieilles Charrues, en passant par Gavarnie, nous faisons un tour de France de ces évènements qui animent nos étés. Ah, l’été, les amours de vacances… Le dossier Intime/Ego aborde la Fidélité et son pendant l’Infidélité. Ne vous attendez pas à trouver de la psychologie de bas étage typique des magazines féminins. Les plumes sont la philosophe Michela Marzano qui nous parle du relativisme en matière d’infidélité ; Anne Dufourmantelle qui compare quatre héroïnes de roman sur le divan et un entretien avec Tatiana de Rosnay. Evidemment, des extraits, des poésies, une nouvelle et un conte accompagnent ce dossier. Et pour clore ce nouveau format, Jean-Marc Roberts, directeur des Editions Stock nous conseille dans l’Atelier d’écriture, les textes des lecteurs sont publiés ainsi qu’une nouvelle inédite de Lucie Bouzigues.

J’ai pris un réel plaisir à lire ce nouveau format de qualité, ouvert sur le monde et une culture qui va de Marguerite de Navarre à Zoë Wicomb, en passant par Marceline Desbordes-Valmore, eh oui, je sais des femmes…


Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres